Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
mardi 27 juillet 2021

Jakub Józef Orliński contre-ténor
Il Pomo d’oro

Zefira Valova direction et violon 

En savoir plus
© Jiyang Chen
Ajouter aux favoris Retirer de mes favoris


Alleluja

Airs d’oratorios baroques

JAN KŘTITEL TOLAR c1620-1673
Intrada (Adagio-Allegro)
Allemanda

JOHANN JOSEPH FUX 1660–1741
Non t’amo per il ciel, extrait de l’oratorio « Il fonte della salute »

ANTONIO LOTTI c1667-1740
Froh quanta sunt

NICOLA CONTI  1710–1754
Salve sis Maria

FRANCISCO ANTÓNIO DE ALMEIDA c1702-c1755
Giusto Dio, extrait de l’oratorio «La Giuditta 1726»

GAETANO MARIA SCHIASSI 1698–1754
A che si serbano

BALDASSARE GALUPPI 1706–1785
Concerto a 4 en ut mineur

LUCREZIO NUCCI c1584
Dal beato eccelso volo

ANTONIO VIVALDI 1678–1741
Peccator videbit

GIUSEPPE ANTONIO BRESCIANELLO c1690-1757/58
Ciaccona

GEORG REUTTER 1656–1738
D’ogni colpa la colpa maggiore

DAVID PEREZ 1711–1778
Gratias agimus tibi, extrait de la Messa a 5 voci

GEORG FRIEDRICH HAENDEL 1685–1759
Amen, Alleluia en ré mineur

Jakub Józef Orliński contre-ténor
 Il Pomo d’oro
Direction et violon Zefira Valova

Concert diffusé en différé sur France musique
DIffusé le mardi 10 août à 20h 

Si la France baroque s’enorgueillit de cultiver son propre style, le reste de l’Europe n’oppose aucune résistance à l’influence de l’Italie, pôle d’attraction qui attire la fine fleur des musiciens européens. Le Portugais Almeida, l’Autrichien Reutter, l’Allemand Händel (ensuite naturalisé anglais) y effectuent une partie de leur carrière. Et réciproquement, les compositeurs italiens travaillent à l’étranger, comme Conti et Vivaldi à Vienne, Schiassi et Perez à Lisbonne, Galuppi en Russie (au service de Catherine II), Brescianello à Munich et Stuttgart.

Dès lors, on ne s’étonnera pas de la prégnance du goût italien à Vienne, comme en témoignent la musique du Slovène Tolar et celle de Fux (maître de chapelle à la cour des Habsbourg).

Sous les voûtes des édifices religieux se déploient mélodies sensuelles et vocalises étincelantes, au départ stimulées par l’esthétique de la Contre-Réforme, mais bientôt adoptées en terres protestantes (l’« Amen, Alleluia » de Händel).
Dans la liturgie romaine, la place de premier plan occupée par le culte marial inspire des airs spirituels, comme ceux de Lotti et de Conti qu’Orliński a exhumés pour ce récital. Mais les églises ne sont pas seules à accueillir le répertoire sacré, chanté aussi dans des palais, surtout lorsqu’il s’agit d’oratorios. Le livret de ces œuvres s’inspire souvent de l’Ancien Testament (La Giuditta d’Almeida, La betulia liberata de Reutter, Il David trionfante de Nucci) ou du Nouveau avec, dans ce dernier cas, une prédominance des œuvres sur le thème de la Passion (Il fonte della salute aperto della grazia nel Calvario de Fux, Maria vergine al calvario de Schiassi).

Si le latin reste de mise dans les messes, motets et psaumes, le texte des oratorios, en revanche, est souvent en langue vernaculaire. Voilà qui renforce la proximité avec le monde de l’opéra, même si l’oratorio se distingue du théâtre lyrique par son sujet biblique, la présence de chœurs (quasi inexistants dans l’opéra italien de l’époque, où ils sont généralement interprétés par un regroupement de solistes) et l’absence de mise en scène.
Mais à l’écoute d’un air de soliste, si l’on fait abstraction des paroles, il est impossible de discriminer les deux univers, car la musique sacrée adopte les particularités stylistiques et formelles de son pendant profane. Ainsi, les airs se coulent presque toujours dans la structure d’une aria da capo (ABA), où l’interprète doit orner la mélodie de la dernière partie : un art dans lequel excelle Jakub Józef Orliński.

Et comme dans un opéra, il arrive qu’un instrument soliste dialogue avec le chanteur (le violoncelle dans « Non t’amo per il ciel » de Fux). En outre, les cérémonies liturgiques sont rythmées par des pièces instrumentales, certaines fondées sur l’écriture « sévère » traditionnellement associée au style d’église (le contrepoint, procédant par superposition de lignes mélodiques), d’autres empruntant leur schéma rythmique à une danse (le Balletto de Tolar, la Ciaccona de Brescianello).
Là aussi, le profane s’unit au sacré pour le noble divertissement de l’âme.

Hélène Cao

Jakub Józef Orliński contre-ténor
Il Pomo d’oro

Zefira Valova direction et violon 

1h

------------------------


Alleluja

Airs d’oratorios baroques

JAN KŘTITEL TOLAR c1620-1673
Intrada (Adagio-Allegro)
Allemanda

JOHANN JOSEPH FUX 1660–1741
Non t’amo per il ciel, extrait de l’oratorio « Il fonte della salute »

ANTONIO LOTTI c1667-1740
Froh quanta sunt

NICOLA CONTI  1710–1754
Salve sis Maria

FRANCISCO ANTÓNIO DE ALMEIDA c1702-c1755
Giusto Dio, extrait de l’oratorio «La Giuditta 1726»

GAETANO MARIA SCHIASSI 1698–1754
A che si serbano

BALDASSARE GALUPPI 1706–1785
Concerto a 4 en ut mineur

LUCREZIO NUCCI c1584
Dal beato eccelso volo

ANTONIO VIVALDI 1678–1741
Peccator videbit

GIUSEPPE ANTONIO BRESCIANELLO c1690-1757/58
Ciaccona

GEORG REUTTER 1656–1738
D’ogni colpa la colpa maggiore

DAVID PEREZ 1711–1778
Gratias agimus tibi, extrait de la Messa a 5 voci

GEORG FRIEDRICH HAENDEL 1685–1759
Amen, Alleluia en ré mineur

Jakub Józef Orliński contre-ténor
 Il Pomo d’oro
Direction et violon Zefira Valova

DIffusé le mardi 10 août à 20h 

------------------------

Si la France baroque s’enorgueillit de cultiver son propre style, le reste de l’Europe n’oppose aucune résistance à l’influence de l’Italie, pôle d’attraction qui attire la fine fleur des musiciens européens. Le Portugais Almeida, l’Autrichien Reutter, l’Allemand Händel (ensuite naturalisé anglais) y effectuent une partie de leur carrière. Et réciproquement, les compositeurs italiens travaillent à l’étranger, comme Conti et Vivaldi à Vienne, Schiassi et Perez à Lisbonne, Galuppi en Russie (au service de Catherine II), Brescianello à Munich et Stuttgart.

Dès lors, on ne s’étonnera pas de la prégnance du goût italien à Vienne, comme en témoignent la musique du Slovène Tolar et celle de Fux (maître de chapelle à la cour des Habsbourg).

Sous les voûtes des édifices religieux se déploient mélodies sensuelles et vocalises étincelantes, au départ stimulées par l’esthétique de la Contre-Réforme, mais bientôt adoptées en terres protestantes (l’« Amen, Alleluia » de Händel).
Dans la liturgie romaine, la place de premier plan occupée par le culte marial inspire des airs spirituels, comme ceux de Lotti et de Conti qu’Orliński a exhumés pour ce récital. Mais les églises ne sont pas seules à accueillir le répertoire sacré, chanté aussi dans des palais, surtout lorsqu’il s’agit d’oratorios. Le livret de ces œuvres s’inspire souvent de l’Ancien Testament (La Giuditta d’Almeida, La betulia liberata de Reutter, Il David trionfante de Nucci) ou du Nouveau avec, dans ce dernier cas, une prédominance des œuvres sur le thème de la Passion (Il fonte della salute aperto della grazia nel Calvario de Fux, Maria vergine al calvario de Schiassi).

Si le latin reste de mise dans les messes, motets et psaumes, le texte des oratorios, en revanche, est souvent en langue vernaculaire. Voilà qui renforce la proximité avec le monde de l’opéra, même si l’oratorio se distingue du théâtre lyrique par son sujet biblique, la présence de chœurs (quasi inexistants dans l’opéra italien de l’époque, où ils sont généralement interprétés par un regroupement de solistes) et l’absence de mise en scène.
Mais à l’écoute d’un air de soliste, si l’on fait abstraction des paroles, il est impossible de discriminer les deux univers, car la musique sacrée adopte les particularités stylistiques et formelles de son pendant profane. Ainsi, les airs se coulent presque toujours dans la structure d’une aria da capo (ABA), où l’interprète doit orner la mélodie de la dernière partie : un art dans lequel excelle Jakub Józef Orliński.

Et comme dans un opéra, il arrive qu’un instrument soliste dialogue avec le chanteur (le violoncelle dans « Non t’amo per il ciel » de Fux). En outre, les cérémonies liturgiques sont rythmées par des pièces instrumentales, certaines fondées sur l’écriture « sévère » traditionnellement associée au style d’église (le contrepoint, procédant par superposition de lignes mélodiques), d’autres empruntant leur schéma rythmique à une danse (le Balletto de Tolar, la Ciaccona de Brescianello).
Là aussi, le profane s’unit au sacré pour le noble divertissement de l’âme.

Hélène Cao

------------------------

Concert organisé dans le cadre  du Festival Radio France Occitanie Montpellier

Plus d'infos sur https://lefestival.eu/

Infos et Réservation

mardi 27 juillet 2021
à 20:00
Durée du concert : env. 1h

Le Corum - Opéra Berlioz
Esplanade Charles de Gaulle

25€ / 50€ Carré Or

En achetant les meilleures places aux concerts du soir (Carré Or) vous manifestez votre soutien aux artistes et au Festival.
Vous ne prenez aucun risque en achetant vos billets maintenant, en cas d'annulation ils vous seront remboursés.

Réserver

Les Artistes

Vous aimerez aussi...

Recevez la newsletter du Festival

© Festival Radio France Occitanie Montpellier
Direction artistique et identité visuelle : Nuits Blanches Studio / Design et conception web : Mégane Burckel