Edith Pageaud, guitare

mercredi 10 juillet 2024
à 19:00
Accès libre
Édith Pageaud © Julie Reggiani

JOHANN KASPAR MERTZ 1806–1856
Introduction et rondo brillant op. 11

ARIEL RAMIREZ 1921–2010
Alfonsina y el Mar
Arrangement Roland Dyens

HEITOR VILLA-LOBOS 1887–1959
Prélude, extrait des Bachianas brasileiras n°4
Arrangement Édith Pageaud

SERGE RACHMANINOV 1873–1943
Prélude en do dièse mineur op. 3 n°2
Arrangement Édith Pageaud

HEINRICH BIBER 1644–1704
Passacaille, extrait des Sonates du Rosaire
Arrangement Édith Pageaud

OLIVIER MESSIAEN 1908–1992
Louange à l’Éternité de Jésus, extrait du Quatuor pour la fin du Temps
Arrangement Matthias Tozzolla

FRANCISCO TÁRREGA 1852–1909
Étude brillante de Alard

IDA PRESTI 1924–1967
Segovia

ASTOR PIAZZOLLA 1921–1992
Oblivion
Arrangement Roland Dyens

ALEXANDRE TANSMAN 1897–1986
Passacaille

Édith Pageaud, guitare
1er Prix du Concours Drôme de guitares 2022
1er Prix du Concours international Roland Dyens 2023

L’origine de la guitare remonte presque à la nuit des temps. Héritière de l’oud oriental et du luth, la guitare a trouvé ses dimensions actuelles à la fin du XIXe siècle grâce au luthier espagnol Antonio de Torres. C’est aussi en Espagne, à la même époque, que la position du joueur de guitare a été fixée par Francisco Tárrega. On goûte la sonorité délicate de la guitare lorsqu’elle est jouée seule : comme l’écrit Berlioz en effet, « le son de douze guitares jouant à l’unisson est presque ridicule ». Le programme imaginé ici par Édith Pageaud donne un bel aperçu des possibilités techniques et expressives de l’instrument. Il est fait pour partie de pièces composées expressément pour la guitare, signées Mertz, Presti, Tansman et Tárrega lui-même, mais, à l’instar de ce dernier, qui arrangea de nombreuses pièces écrites pour d’autres instruments, Édith Pageaud nous offre un florilège de pièces venues d’horizons fort différents. On est ainsi curieux d’entendre son arrangement du célèbre Prélude en do dièse mineur de Rachmaninov ou celui, signé Matthias Tozzolla, de la Louange à l’Éternité de Jésus de Messiaen.

Oblivion — Astor Piazzolla (arr. Dyens) Edith Pageaud
Rachmaninoff — Prelude in C Sharp minor (Arr. Edith Pageaud)

Les Artistes

vous aimerez aussi...