Emmanuel Krivine à la tête de l’Orchestre National de France et l’orchestration éblouissante de La petite sirène

La Petite Sirène

Montpellier
34
Le Corum
Opéra Berlioz
20:00

Difficile d'exister quand on a pour contemporains des géants comme Mahler, Richard Strauss ou Schoenberg, le beau-frère ! C’est le destin d’Alexander von Zemlinsky (1871-1942). Pourtant les chefs-d’œuvre ne manquent pas : Die Seejungfrau (La Petite Sirène), poème symphonique de 1905, convoque, en trois mouvements, l'orchestre le plus scintillant, les mélodies les plus intensément sensuelles. En 2000, Emmanuel Krivine faisait découvrir l'œuvre au public du Festival. Il en donne aujourd'hui la version définitive.

Le concerto pour violon et violoncelle, dit « Double Concerto », est la dernière de ses œuvres symphoniques et concertantes de Brahms, le natif de Hambourg... sur la mer Baltique !
A l'instar de Beethoven dans son "triple concerto", Brahms fait dialoguer le violon et le violoncelle, incarnés par les jeunes trentenaires Vilde Frang et Nicolas Altstaedt.

 

--

Pour les amis
Composé en 1887, le Double Concerto pour violon et violoncelle résulte d’une commande du violoncelliste Robert Hausmann, grand interprète pour lequel Brahms avait déjà composé, l’année précédente, sa Sonate N° 2  pour violoncelle et piano en fa majeur. Hausmann était le violoncelliste récemment engagé du Quatuor Joachim, formation créée par le violoniste Joseph Joachim, grand ami de Brahms depuis sa jeunesse, conseiller du compositeur en manière d’écriture pour les cordes et dédicataire de nombreuses œuvres pour violon. Joachim et Hausmann seront les deux créateurs de l’œuvre, sous la direction du compositeur, le 18 octobre 1887, dans le cadre du Gürzenich de Cologne ; l’accueil du public sera assez tiède, ce qui troublera fortement Brahms, qui écrit là sa dernière œuvre orchestrale (ceci expliquant sans doute cela), d’autant que les jugements de ses amis musiciens resteront également prudents…

Le Double Concerto est un « concerto grosso » romantique, c’est-à-dire un concerto pour plusieurs solistes, dialoguant non seulement avec l’orchestre mais également entre eux.  Surnommé « Concerto de la réconciliation » par Clara Schumann, grande amie de Brahms et épouse du compositeur Robert Schumann, disparu trente ans auparavant, l’œuvre était en effet l’occasion pour Brahms et Joachim de renouer leur amitié, après une période de brouille.


Un conte musical
La création de la « fantaisie symphonique » Die Seejungfrau de Zemlinsky a eu lieu lors du même concert que celle du Pelléas et Mélisande de Schoenberg, le 26 janvier 1905 à Vienne, dans le cadre de la Vereinigung schaffender Tonkünstler (Association des musiciens créateurs). Comme la pièce de Schoenberg, celle de Zemlinsky semble mettre en œuvre un projet créateur original : synthétiser l’esprit de la musique à programme (le poème symphonique) et celui de la musique pure. L’introduction de l’œuvre peut aisément évoquer, par la richesse de l’orchestre et une écriture par strates sonores,  le monde marin qui est celui du conte d’Andersen et un certain nombre des épisodes suivants sont également identifiables, par exemple la tempête et le sauvetage du prince par la sirène dans le premier mouvement. Mais Zemlinsky, s’écartant quelque peu du principe d’un récit en musique, se livre plutôt à la peinture à large traits d’atmosphères caractérisées pour cette partition de type tout à la fois impressionniste, par son orchestration, et marquée par le monde de Rimsky-Korsakov ou de Mahler.

De même que pour l’opéra de Zemlinsky Der Zwerg (Le Nain), d’après Oscar Wilde, on peut interpréter l’intérêt du compositeur pour la thématique de l’amour refusé, qui est celle du conte d’Andersen, en relation avec la vie du musicien, évincé par Mahler dans son amour pour Alma Schindler… Le manuscrit de La Petite sirène sera perdu pour plusieurs décennies, à  l’exception du premier mouvement. Il faudra attendre les années 1980 pour que la partition soit intégralement reconstituée,  recréée en 1984 et depuis régulièrement interprétée au concert.

Hélène Pierrakos

Audio et vidéo
arrow-rightchevron-downclockclosedirectionfacebookinstagramlogo-choositlong-arrow-leftlong-arrow-rightmailpartenaires-festival-radio-francepinsearchsocial-sharetickettwittervideosyoutube