Tedi Papavrami & Maki Okada

T. Papavrami violon & M. Okada piano

Montpellier
34
Le Corum
Salle Pasteur
17:30

Berlioz et après ?

Hector Berlioz, né en 1803 à La Côte-Saint-André (Isère), est mort, il y a 150 ans, le 8 mars 1869 à Paris. Génie singulier du romantisme dans un siècle qui n'en manquait pas dans le monde germanique, il peinera toute sa vie à se faire reconnaître et accepter en France. Trop original, réfractaire aux modes de son temps ? Toute cette semaine, les interprètes de "Musique ensemble" jouent les contemporains de Berlioz (lui-même n'ayant rien écrit pour la musique de chambre, hormis la voix), ses héritiers, si tant est qu'il en eût de revendiqués, et les compositeurs d'aujourd'hui qui affirment, comme jadis Berlioz, une personnalité musicale affranchie des dogmes et des codes.

Formule nouvelle de ces fins d'après-midi festivalières : chacun de ces concerts est l'occasion d'un dialogue entre créateurs, interprètes et publics, à la découverte de la "fabrique" de la musique.

--

Un mot du violoniste, Tedi Papavrami, l'enfant surdoué né à Tirana en Albanie il y a 47 ans, qui est révélé au public occidental à 11 ans dans un "Grand Echiquier" de Jacques Chancel. Installé à Genève, où il professe à la Haute École de Musique depuis 2008, Tedi poursuit un chemin artistique exigeant, confiant à son seul instrument des versions de référence des Caprices de Paganini, des sonates et partitas de Bach, d'Ysaÿe.

Au programme de cette rencontre, Paganini justement, le virtuose diabolique, qui venant d'acquérir un alto magnifique, supplie Berlioz de lui écrire une pièce (cela donnera Harold en Italie, que Paganini ne jouera jamais !), Kreisler, Bartók et le violon "Mitteleuropa" nostalgie du pays natal de l'interprète (?), puis le méconnu Gabriel Pierné (1863-1937), organiste, chef et auteur d'une magnifique sonate pour violon et piano datant de 1900. Enfin,  Eric Montalbetti, longtemps directeur artistique de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, aujourd'hui voué à son activité de compositeur, originale, poétique, libre de toute contrainte dogmatique, a écrit la sonate pour violon seul créée au disque par Tedi Papavrami. La toute dernière oeuvre d'Éric Montalbetti, un concerto pour flûte, a été créée en mai dernier par Emmanuel Pahud et l'Orchestre de la Suisse romande.

 

Audio et vidéo

S'inscrire à notre newsletter

arrow-rightchevron-downclockclosedirectiondownloadfacebookinstagramlogo-choositlogo-frflogoutlong-arrow-leftlong-arrow-rightmailpartenaires-festival-radio-francepinsearchsocial-sharetickettwittervideosyoutube