Lukas Geniušas en récital Chopin, Prokofiev, Desyatnikov

Le Génie Geniušas

Montpellier
34
Le Corum
Opéra Berlioz
20:00

Le pianiste russo-lituanien (prononcer : Gué-niou-chasse !), tout juste 29 ans, semble cumuler tous les dons : la virtuosité phénoménale de l’école russe du piano, une curiosité jamais assouvie (témoins les préludes de Desyatnikov choisis pour ce récital), une personnalité chaleureuse, une sorte de génie du piano protéiforme. 

 

Lukas Geniušas talking about Desyatnikov…..


Parler de la musique de Leonid Desyatnikov est une tâche particulièrement exigeante pour moi. C’est un ami proche de ma famille depuis bien avant ma naissance et, en grandissant, il a toujours joué un rôle important dans la formation de ma vision du monde, à la fois en tant qu’artiste et que personne, donc on ne peut pas dire que je sois un journaliste objectif à son sujet. Lorsqu'il m'a parlé de la création de ses 24 préludes pour piano - 24 chansons de Bucovine, cela a été un des heureux moments de ma vie.

Véritable grand opus pour piano, le cycle de pièces en 24 tonalités (modelées comme celles de Chopin, Scriabin ou Shostakovich) a une teinte folklorique saisissante. Chacun de ses préludes est basé sur la mélodie d'une chanson folklorique recueillie dans une région de Bucovine (historiquement partagée entre l'Ukraine et la Roumanie) et constitue un véritable hommage à sa nation. Il est né à Kharkov, en Ukraine. Certes, il faut dire que Desyatnikov a fait l’expérience d’une série d'influences importantes au cours du développement de son travail de composition et de son éducation au conservatoire de Saint-Pétersbourg (y compris Tchaïkovski, Stravinski, Ravel et, plus tard, le minimalisme américain), mais cela n’est que le reflet de l’ensemble de qualités typique au développement de tout compositeur moderne.

Bien sûr, en tant qu’artiste de l’époque postmoderne, il a intégré une grande variété de styles et de langues, mais je préférerais parler de sa propre voix, unique, qui peut être entendue dans ses œuvres du milieu des années 1970 (avant même qu’il ait eu l’occasion de faire la connaissance de Steve Reich, John Adams et d’autres, car cette musique n’atteignait pas encore l’URSS) ainsi que dans la musique d’aujourd’hui. Dans les deux cas, la musicalité pure et audacieuse, la sensibilité et l’acuité de chaque nuance par unité de temps nous viennent à l’esprit. Une voix robuste et originale. Doux-amer mais sans sucre. La musique vous attire comme une drogue et à chaque fois vous en demandez plus.

Permettez-moi de citer trois formules importantes, nées dans l'une des interviews avec un auteur lui-même. Très ironique, elles reflètent cependant assez bien les caractéristiques, les traits et l’atmosphère générale de la créativité de Desyatnikov.

Les voici: 
“Une émancipation de consonance”
“Une transformation de banalité”
“Le minimalisme à visage humain”

arrow-rightchevron-downclockclosefacebookinstagramlogo-choositlong-arrow-leftlong-arrow-rightpartenaires-festival-radio-francepinsearchtickettwitteryoutube