Andrei Korobeinikov

Au cœur du piano

Montpellier
34
Le Corum
Opéra Berlioz
20:00

Le grand pianiste brésilien NELSON FREIRE a dû renoncer, pour des raisons personnelles, à venir à Montpellier ce samedi 20 juillet donner un récital qui était très attendu par les festivaliers. Nous le regrettons et lui souhaitons un prompt rétablissement.

C'est un habitué du Festival, l'une des personnalités les plus charismatiques de la jeune génération, le pianiste russe ANDREI KOROBEINIKOV, 33 ans, qui a accepté de remplacer son illustre confrère.

Andrei KOROBEINIKOV est né à Moscou en 1986, où, à 19 ans, il est désigné comme "Meilleur musicien de la décennie". Il rafle de nombreux prix et distinctions dans les plus importants concours internationaux. Au Festival Radio France Occitanie il fait ses débuts dès 2007, puis revient en 2012, 2015 (il participe au "marathon pianistique" en jouant le Ludus Tonalis de Hindemith), 2017 (sur le thème de la Révolution de 1917). Il est l'invité régulier des plus grandes phalanges et scènes internationales, où sa personnalité chaleureuse, sa virtuosité transcendante lui valent les faveurs renouvelées du public.

Andrei KOROBEINIKOV a accepté de jouer, ce samedi, la version primitive, pour piano, des célèbres TABLEAUX D'UNE EXPOSITION de MOUSSORGSKI - une oeuvre que le Festival a programmée le 13 juillet dans la version orchestrale de Ravel, puis le 15 juillet dans une version pour cordes et percussions avec la Kremerata Baltica -.
Ces Tableaux seront précédés d'un généreux programme CHOPIN (trois mazurkas, les ballades 1 et 4, la polonaise "héroïque") et RACHMANINOV (trois préludes de l'opus 23).

Nous sommes très reconnaissants à Andrei KOROBEINIKOV d'offrir aux festivaliers et aux auditeurs de France Musique un programme aussi exceptionnel dans un laps de temps aussi court.

Après la célèbre orchestration de Ravel donnée le 13 juillet par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse et Tugan Sokhiev, une version plus rare pour orchestre à cordes et percussion proposée par la Kremerata Baltica le 15 juillet, c’est la version originale pour piano des Tableaux d’une exposition de Moussorgski que joue ce soir Andrei Korobeinikov.

Frédéric Chopin (1810-1849) compose, tout au long de sa vie, des mazurkas, comme des stylisations de ces danses traditionnelles des confins du sud de l’actuelle Pologne. Petites formes qui ne présentent pas de difficultés techniques, mais qui explorent des univers sonores parfois aux limites de la tonalité. Chopin s’installe à Paris en 1831, il n’oubliera jamais sa Pologne natale.
L’opus 24 date des années 1834-35 ; dédié au comte Perthuis, il est publié en 1836. L’opus 7 est contemporain des années viennoises et de l’arrivée à Paris du compositeur, il est publié en 1832. Quant à l’opus 33, il appartient à la période de pleine maturité de Chopin (1838) et est dédié à la comtesse Roza Mostowska.
La ballade est une forme lyrique existant depuis le Moyen Âge (en tant que pièce vocale accompagnée). Les poètes romantiques la remettent au goût du jour durant le XIXe siècle. C’est de cet héritage littéraire que Chopin semble s’inspirer pour la composition de ses ballades qui, selon Schumann, rendent hommage au plus grand poète polonais, Mickiewicz.
La Première ballade connaît une lente gestation entre 1831 et 1835, entre Vienne et Paris. Editée en 1836, elle est dédiée au Baron de Stockhausen, ambassadeur de Hanovre.
C’est la ballade préférée de Chopin, qui plaisait également beaucoup à Schumann. Liszt voyait en elle une « odyssée de l’âme de Chopin ». Elle sonde tous les sentiments, bonheur, mélancolie, tristesse, allégresse, et passe de l’un à l’autre avec brio avant d’en revenir au ton initial, sombre, grave et déchirant.
La Quatrième ballade est composée en 1842 à Paris et à Nohant, chez George Sand. Editée en 1843, elle est dédiée à la baronne Nathaniel de Rothschild.
C’est l’un des sommets de l’écriture harmonique chopinienne, et un des grands chefs-d’œuvre du répertoire pianistique romantique. Chopin y superpose deux thèmes, l’un mélancolique et le second plus serein, évitant tout antagonisme.
Quant à la Polonaise op.53, écrite en même temps et publiée la même année que la Quatrième ballade, elle porte bien son titre d’héroique. C’est sans doute l’une des oeuvres les plus connues de Chopin, l’une de ses plus emblématiques aussi, dans cette image projetée d’une Pologne idéalisée, conquérante et optimiste.
 

Serge Rachmaninov (1873-1943) écrit trois séries de préludes, le célèbre prélude en do dièse mineur op.3 n°2 en 1892, l’opus 23 en 1901-1903 et l’opus 32 en 1910. Au total 24 préludes, écrits dans toutes les tonalités majeures et mineures et répondant, de fait, aux 24 préludes op.28 de Frédéric Chopin. La filiation est d’autant plus évidente que l’opus 22 de Rachmaninov n’est autre que les Variations sur un thème de Chopin, en l’occurrence sur son 20ème prélude.
Les 24 préludes de Rachmaninov n’ont pas de structure les reliant vraiment (contrairement aux préludes de Chopin qui suivent le cycle des quintes), Rachmaninov pianiste prendra rapidement l’habitude de ne jouer qu’une sélection de ses préludes.
 

Modeste Moussorgski (1839-1881)
Version originale pour piano composée en 1874
En 1874, Modeste Moussorgski visite l’exposition organisée à Saint-Pétersbourg en hommage à son ami Viktor Hartmann, peintre et architecte décédé quelques mois plus tôt. Dans la foulée, il compose pour le piano ses Tableaux d’une exposition. Plusieurs pièces du cycle se réfèrent à des tableaux présentés lors de cet événement (Ballet des poussins dans leurs coques, La cabane sur des pattes de poule et La grande porte de Kiev), d’autres à des toiles de Hartmann qui n’étaient pas exposées, tandis que certains sujets auraient été inventés par le compositeur (Il vecchio castello, Limoges). Mais il ne s’agit pas de « descriptions » sonores, car Moussorgski cherche plutôt à exprimer les émotions suscitées par la visite. En outre, il manifeste sa présence par un thème intitulé Promenade, joué entre les « tableaux ».

 

Audio et vidéo

S'inscrire à notre newsletter

arrow-rightchevron-downclockclosedirectiondownloadfacebookinstagramlogo-choositlogo-frflogoutlong-arrow-leftlong-arrow-rightmailpartenaires-festival-radio-francepinsearchsocial-sharetickettwittervideosyoutube