Quintette Belfiato

Mercredi 19 juillet

Logo partenaires
Date
Mercredi 19 juillet 2017 *
Horaire
19:00 à 20:30*
Durée
01:30
Lieu
Grabels [34] - Cour des Anciennes Ecoles
*Attention nous vous informons que les durée sont à titre indicatifs et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Gratuit

 

Découvrez le programme

ANTONIN REICHA 1770-1836
Quintette à vent en mi mineur op. 88 n°1

WOLFGANG AMADEUS MOZART 1756-1791 / JOACHIM LINCKELMANN
Ouverture de La Flûte enchantée KV 620

ANTONIN DVORAK 1841-1904 / DAVID WALTER né en 1958
Quatuor à cordes n°12 en fa Majeur op. 96 « Américain »

 

 

Quintette Belfiato

3ème Prix du Concours International Henri Tomasi 2011

 

Oto Reiprich flûte
Jan Soucek hautbois
Jirí Javurek clarinette
Ondrej Šindelár basson
Katerina Javurková cor (2ème Prix du Concours de l’ARD, Munich 2016)

Télécharger le programme

Un quintette dans le vent

Dans son Traité d'Instrumentation et d'Orchestration publié en 1844, Hector Berlioz prête à chaque instrument de l'orchestre un caractère spécifique. Selon le musicien français, la flûte serait ainsi « dépourvue d'expression », le hautbois chantant exprimerait « la candeur, la grâce naïve, la douce joie, ou la douleur d’un être faible ». La clarinette est quant à elle  « empreinte d’une sorte de fierté que tempère une noble tendresse » tandis que le cor est « noble et mélancolique » et s'oppose ainsi à la « propension au grotesque » du basson.

Réunis en quintette, ces instruments couvrent donc une grande palette de caractères et de sonorités dans un équilibre qui n'a jamais été remis en question depuis qu’à la fin du XVIIIe siècle, Antoine Reicha lui donna ses lettres de noblesse.

Né de l'Harmoniemusik (2 clarinettes, 2 hautbois, 2 cors et 2 bassons) de la cour impériale de Joseph II à Vienne et profitant de l’émergence de ombreux virtuoses tels que le flûtiste Johann Baptist Wendling (1723-1797), le répertoire pour quintette à vent tombe quelque peu en désuétude au XIXe siècle contrairement aux cordes. Il faut attendre le XXe siècle pour que cette formation retrouve grâce aux yeux des compositeurs comme en témoignent les étonnantes Six bagatelles pour quintette à vent (1953) de Gyorgy Ligeti (1926-2003) et des transcriptions telles que celle du Quatuor à cordes n°12 op. 96, l'« Américain » d'Antonin Dvorak par David Walter en 1986.

Max Dozolme

 

----

 

Nom Mise à jour