Bellini - Les Puritains

Samedi 15 juillet 2017

Logo partenaires
Date
Samedi 15 juillet 2017 *
Horaire
20:00 à 22:00*
Durée
02:00
Lieu
Montpellier [34] - Le Corum / Opéra Berlioz
*Attention nous vous informons que les horaires sont à titre indicatifs et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Billets de 12 à 49€

Réserver

 

Découvrez le programme

VINCENZO BELLINI
Les Puritains

Opéra en 2 actes (version Naples, 1835)
Version de concert

 

Karine Deshayes, Elvira
Celso Albelo, Arturo
René Barbera, Riccardo
Chiara Amarù, Enrichetta di Francia
Dmitry Ivanchey, Bruno
Nicola Ulivieri, Giorgio

Kihwan Sim, Gualtiero Valton

Chœur Opéra national Montpellier Occitanie
Chœur de la Radio Lettone
Orchestre national Montpellier Occitanie

Jader Bignamini direction

 

AVEC LE SOUTIEN DE LA RÉGION OCCITANIE PYRÉNÉES MÉDITERRANÉE

Télécharger le programme

Les Puritains, de Paris à Naples

I Puritani (créé le 24 janvier 1835 au Théâtre Italien) est le dernier opéra de Bellini et le seul qu’il ait écrit pour Paris. Il fut créé par quatre légendaires interprètes qui passera à la postérité sous l’appellation de « Quatuor des Puritains » : la soprano Giulia Grisi, le ténor Giovanni Battista Rubini, le baryton Antonio Tamburini et la basse chantante Luigi Lablache.
Le rôle d’Elvira, « folle par amour », s’inscrit dans une tradition remontant à la Nina (1789) de Paisiello mais s’en distingue par bien des traits, que l’œuvre est passée à la postérité. Sa célèbre « scène de folie » proprement dite, commencée sur un ton désespéré (« O rendetemi la speme »), s’épanouit dans une cantilène infinie typiquement bellinienne mais ancrée dans le ton de la nostalgie.
I Puritani se distingue des ouvrages italiens de Bellini par une quasi absence du récitatif. Par ailleurs, l’œuvre n’a rien d’un enchaînement de pages de bravoure. Les chœurs sont nombreux mais prennent rarement la forme de morceaux séparés. 

La version de Naples

En même temps que Paris, en janvier 1834, le prestigieux San Carlo de Naples passa commande à Bellini d’un opéra, mais Bellini donna la priorité à Paris, envisageant de faire jouer à Naples une version révisée des Puritains. Celle-ci serait interprétée par Maria Malibran, qui possédait une voix bien différente de celle de Giulia Grisi : elle était dotée d’une tessiture lui permettant de camper des rôles d’alto aussi bien que de soprano dramatique. C’est ainsi que Bellini composa pour elle la brillante polonaise, transposa vers le bas d’autres passages et composa une cabalette finale, « Ah ! sento, o mio bell’angelo », évoquant le boléro. 
La reprise napolitaine réclamait encore d’autres ajustements : Riccardo fut transcrit pour ténor, le duo patriotique « Suoni la tromba » fut supprimé, etc. 
Mais le San Carlo, vexé sans doute d’avoir été un second choix, prit prétexte d’une l’épidémie de choléra pour annuler la (re)création envisagée. Comme, en outre, Malibran devait décéder le 23 septembre 1835 (exactement le même jour que Bellini), on ne donna point la version napolitaine des Puritains avant… 1985, lors d’un concert au Barbican Centre de Londres.

Olivier Rouvière

 

À lire :
- L’Avant-Scène Opéra n° 96, 1987.
- Pierre Brunel, Vincenzo Bellini, Fayard, 1981.

À écouter :
- Callas, Di Stefano, Panerai, Rossi-Lemeni, dir. Serafin (Emi, 1953) : malgré quelques coupures, la référence.
- Sutherland, Pavarotti, Cappuccilli, Ghiaurov, dir. Bonynge (Decca, 1975) : comporte les pages supprimées après la première.
- Ricciarelli, Merritt, Carmona, Scandiuzzi, dir. Ferro (Fonit Cetra, 1986) : pour la version napolitaine. 

 

En partenariat avec

Région Occitanie Pyrénées Méditerranée

En direct sur France Musique

En direct sur France Musique
Nom Mise à jour