Scarlatti 555 - Château d'Assas - François Guerrier

2018-07-23 00:00:00

Logo partenaires
Date
Lundi 23 juillet 2018
Horaire
18:00 à 19:00*
Durée
1:00
Lieu
Assas [34] - Château d'Assas
*Attention nous vous informons que les durées sont à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Billets de 10 à 18€

Réserver

Ce concert est COMPLET

Programme

DOMENICO SCARLATTI 1685-1757

François Guerrier clavecin XVIIIème siècle

 

Sonates
K 61 en la mineur (Allegro)
K 312 en ré Majeur (Allegro)
K 353 en ré Majeur (Allegro)

K 304 en sol Majeur (Andante cantabile)
K 305 en sol Majeur (Allegro)
K 314 en sol Majeur (Allegro)
K 433 en sol Majeur (Vivo)

---

K 302 en do mineur (Andante)
K 73 en do mineur (Allegro)
K 316 en fa Majeur (Allegro)
K 354 en fa Majeur (Andante)
K 350 en fa Majeur (Allegro)

K 351 en si bémol Majeur (Andante - Allegrissimo)
K 370 en mi bémol Majeur (Allegro)
K 371 en mi bémol Majeur (Allegro)


 

EN PARTENARIAT AVEC FRANCE MUSIQUE

Télécharger le programme

Le Château d'Assas

Château d'Assas

Entre histoire de famille, d’architecture et de musique, le château d'Assas est un territoire situé à quelques kilomètres au nord de Montpellier, datant du XVIIIe siècle.

Les seigneurs d'Assas sont mentionnés dès le début du XIIe siècle. Le domaine est vendu en 1486 par Hugues d'Assas à Guillaume Bonnal, qui le vend par la suite en 1747 à Jean Mouton de la Clotte. Devenus banquiers, les Mouton sont anoblis au début du  XVIIIe siècle et achètent le château de la Clotte dont ils prennent le nom. Jean Mouton de la Clotte décide de faire abattre le château féodal d'Assas qu'il vient d'acheter et d'y faire construire une résidence d'été en 1759-1760. C'est l'édifice que nous connaissons aujourd'hui. C'est en 1949 que Robert Demangel, ancien directeur de l'École française d'Athènes en fait l'acquisition. Il appartient aujourd'hui à ses héritiers.

On attribue la paternité du château d'Assas à Jean-Antoine Giral, membre d'une influente dynastie d'architectes montpelliérains. Celle-ci est flanquée de deux pavillons à pans coupés, dotés d'un étage supplémentaire dominant le corps central. Le rythme est accentué par des pilastres ioniques en ordre colossal, couronné d'une balustrade de pierre.

La démolition du château de la Mosson (1758) ayant précédé de peu la construction d'Assas, divers éléments provenant de cet édifice ont été remployés, notamment la ferronnerie des balcons du premier étage et un grand lustre. Les boiseries qui décoraient le grand salon ovale d'Assas, elles aussi en provenance de la Mosson, ne sont cependant plus visibles : elles ont été vendues au XIXe siècle.
L'intérieur a conservé sa disposition et les circulations d'origine. En remplacement des boiseries de la Mosson, de grandes toiles peintes par Jacques de Lajoüe ornent les murs du grand salon. Elles ont pour sujet les arts et les sciences. Ce salon présente un petit orgue positif baroque et, surtout, le clavecin du XVIIIe siècle dont nous retrouvons plusieurs enregistrements du claveciniste Scott Ross. 

L'ensemble comprenant le château et ses deux galeries fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 14 septembre 19375. Les façades et toitures de la tour-pigeonnier font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 10 avril 1989.

 

Clavecin d’Assas

Clavecin du XVIIIe Siècle

Simone Demangel, propriétaire du château d’Assas, grande résistante bien connue des habitants de la région pour son civisme et ses actions au sein du conseil municipal de Montpellier, fait l’acquisition en 1965 d’un clavecin français du XVIIIème siècle attribué au facteur lyonnais Donzelague.

Il s’agit d’un des plus beaux spécimens de la facture instrumentale française, grâce auquel Simone Demangel sût créer à Assas une ambiance favorable à la culture et aux échanges artistiques, faisant de sa maison un des hauts lieux de la musique baroque. Les grands clavecinistes deviendront alors des habitués d’Assas, Scott Ross, Gustav Leonhardt, William Christie, Kenneth Gilbert, Pierre Hantaï, Frédérick Haas, Benjamin Alard, Jean Rondeau...

C’est le 12 août 1969 que Scott Ross, jeune claveciniste surdoué alors inconnu du public, donnait son premier récital au château d’Assas, ouvrant la voie à cinquante années de vie musicale intense où récitals, enregistrements et master class se succédèrent. Ainsi, de nombreux étudiants européens, américains ou japonais participeront à la création des premières Académies Internationales de Musique Ancienne en Occitanie.

L’originalité et la spécificité d’Assas sont de faire entendre le clavecin et plus largement les instruments baroques dans l’acoustique d’un authentique salon de musique du XVIIIème siècle.

La musique des XVIIème et XVIIIème siècles prend alors sa véritable dimension.

En direct sur France Musique

En direct sur France Musique
Nom Mise à jour