Quatuor Akhtamar - Métropole

Mercredi 12 juillet 2017

Logo partenaires
Date
Mercredi 12 juillet 2017 *
Horaire
19:00 à 20:30*
Durée
01:30
Lieu
Vendargues [34] - Eglise St-Théodorit
*Attention nous vous informons que les durée sont à titre indicatifs et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Gratuit

Découvrez le programme

JOSEPH HAYDN 1732-1809
Quatuor à cordes n°66 en sol Majeur op. 77 n°1


VARDAPET KOMITAS 1869-1935 / SERGEI ASLAMAZIAN 1897-1978
Miniatures
Arrangement pour quatuor à cordes d'après des chants populaires arméniens


FELIX MENDELSSOHN 1809-1847
Quatuor à cordes n°6 en fa mineur op. 80
 

Quatuor Akhtamar
Coline Alecian violon
Jennifer Pio violon
Ondine Simon alto
Astrid Wauters violoncelle

Télécharger le programme


Le quatuor à cordes aux quatre coins de l’émotion

Composé au cours de l'été 1847, le sixième Quatuor de Félix Mendelssohn constitue l'une des œuvres ultimes du compositeur, qui meurt en novembre de la même année, après une période marquée par les difficultés : physiquement épuisé par ses voyages en Grande-Bretagne et son intense activité d'organisateur de concerts, de chef d'orchestre et de compositeur, Mendelssohn est terrassé par la mort de sa sœur Fanny (14 mai 1847), dont il était très proche. Considéré comme un « Requiem pour Fanny », le Quatuor opus 80 donne à entendre en une rare intensité dramatique la détresse de son auteur. De l'espace blafard ouvert par les trémolos initiaux émerge un cri dans l'aigu dont le caractère éperdu annonce l'atmosphère générale de l’œuvre : si l'Andante est de nature plutôt élégiaque, il n'est pas exempt de l'effarement exprimé par les mouvements rapides.


Le Quatuor en sol majeur (1799) de Joseph Haydn est lui aussi le fait d'un compositeur qui, au crépuscule de sa vie, est à bout de forces, au point de n'achever que deux des six quatuors prévus pour l'opus 77. Point de désespoir ici cependant : le premier mouvement est empli d'une grâce sémillante dont la vivacité est encore accentuée dans le Menuetto. Plus solennel, l'Andante n'en conserve pas moins une délicatesse certaine. Quant au Finale, il adopte une tonalité plus populaire caractérisée elle aussi par sa vivacité.


Le compositeur arménien Vardapet Komitas ne se restreint pour sa part pas à une simple saveur populaire : ayant mené un véritable travail ethnographique de recueil des chants folkloriques arméniens, celui que l'on présente comme l'ingénieur de la renaissance de la musique arménienne au XXe siècle consacre une grande partie de sa production à l'arrangement de mélodies populaires authentiques. Réalisées par le violoncelliste Sergei Aslamazian, les Miniatures constituent un « ré-arrangement » de ces arrangements.

 

Gaëlle Fourré

 

---

 

Nom Mise à jour