Ensemble Ouranos

2018-07-24 00:00:00

Logo partenaires
Date
Mardi 24 juillet 2018
Horaire
19:00 à 20:00*
Durée
1:00
Lieu
Restinclières [34] - Salle des Arbousiers
*Attention nous vous informons que les durées sont à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Gratuit

Programme

PAUL TAFFANEL  1844-1908
Quintette à vent en sol mineur  
Allegro con moto
Andante
Vivace

 

GEORGE ONSLOW  1784-1853
Quintette à vent en fa Majeur op. 81 
Allegro non troppo
Scherzo : Energico
Andante sostenuto
Finale : Allegro spirituoso

 

GIOACHINO ROSSINI  1792/1868
Le Barbier de Séville 
Arrangement pour quintette Joachim Linckelmann

 

GEORGES BIZET  1838-1875 
Suite de Carmen 
Arrangement pour quintette David Walter

 

Ensemble Ouranos
Mathilde Calderini 
flûte
Philibert Perrine  hautbois
Amaury Viduvier  clarinette
Joffrey Quartier  cor
Rafael Angster  basson
1er Prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon, 2017

Télécharger le programme

Des salons à la scène : chronique d’une émancipation

Le quintette à vent naît à Paris au tout début du xixe siècle en associant à la flûte, au hautbois, à la clarinette et au basson le timbre doux et velouté du cor. Alors que l’écriture pour les vents évolue au gré des progrès de la facture instrumentale, de nombreux concours sont organisés afin d’en promouvoir les qualités. Les interprètes trouvent alors dans les salons une place de premier choix, loin de leurs rôles encore relativement secondaires au sein des orchestres.

Après sa naissance, le genre voit ses jeunes années couronnées par les 24 quintettes de Reicha (entre 1811 et 1824) : « de création tout à fait nouvelle », pour des instruments qui « n’avaient pas de musique classique, [et] pas même de bonne musique. » Cependant, il s’essouffle rapidement au fil du XIXe siècle au profit du quatuor à cordes. L’opus 81 de 1850 est l’unique exemplaire du genre chez George Onslow, compositeur auvergnat issu d’une ancienne famille anglaise, et qui passe la majeure partie de sa vie à Clermont-Ferrand, tout en bénéficiant d’une large renommée en Allemagne, où il est particulièrement admiré de Mendelssohn. L’écriture y met tour à tour en scène les différents instruments. Il est dédié à Louis Dorus (flûte), Stanislas et Charles Verroust (hautbois et basson), Adolphe Leroy (clarinette) et Joseph Mengal (cor), tous d’éminents musiciens qui participèrent activement à l’évolution de la facture instrumentale au début du XIXe siècle.

Emblématique du genre, le Quintette à vent en sol mineur de Paul Taffanel est composé en 1876 pour le concours organisé par la Société des Compositeurs. Il est plébiscité par un jury constitué non moins que de Delibes, Dubois et Thomas (alors directeur du Conservatoire). Salué par le public en mai 1878, il explore les différentes combinaisons de timbres avant de se laisser entraîner dans une tarentelle virevoltante, qui rappelle par moments le Saltarello, final de la Symphonie n°4 de Mendelssohn, jusqu’à une pirouette finale facétieuse.

Les innovations techniques et l’intérêt renouvelé pour la transcription au début du XXe siècle font regagner au quintette à vent ses lettres de noblesse. En transcrivant des pages aussi célèbres que l’Ouverture du Barbier de Séville ou la Suite tirée de l’opéra Carmen, Linckelmann et Walter honorent un héritage multiple. Réinterprétations d’œuvres emblématiques du XIXe siècle, elles s’inscrivent dans la tradition de la transcription adressée aux musiciens et mélomanes désireux d’inviter les succès de l’opéra dans leur salon.

Maxime Marchand



Artistes présents

Nom Mise à jour