Les Apaches

2018-07-24 00:00:00

Logo partenaires
Date
Mardi 24 juillet 2018
Horaire
18:00 à 19:00*
Durée
1h00
Lieu
Montpellier [34] - Le Corum / Salle Pasteur
*Attention nous vous informons que les durées sont à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Tarif Unique 10€

Programme

Les Apaches 


MAURICE RAVEL  1875-1937
Asie, extrait de Shéhérazade 

TRISTAN KLINGSOR  1874-1966
Sonatine viennoise pour piano 

LEON PAUL FARGUE  1876-1947
Poème

MAURICE RAVEL  1875-1937
Rêve, mélodie

RICARDO VINES   1875-1943
Menuet spectral
Threnodie
Crinoline

MAURICE DELAGE  1879-1961
Trois mélodies 
Intermezzo
Poème de Heinrich Heine

Améthystes
Poème de Théodore de Banville

Du Livre de Monelle
Poème de Marcel Schwob

ALBERT ROUSSEL  1869-1937
Sonatine 

MAURICE RAVEL  1875-1937
Une barque sur l’océan, extrait des Miroirs 

 

Ambroisine Bré  mezzo-soprano  
Romain Descharmes  piano 
François Castang  récitant 

 

 

Télécharger le programme

Les Apaches

Dans les premières années du XXe siècle, un groupe d’amis artistes (musiciens, peintres, écrivains, poètes) se réunit autour du compositeur Maurice Ravel sous le nom exotique des Apaches. Leur amitié et leur connivence artistique provoque une émulation inouïe chez cette jeune génération.

C’est un dimanche de 1904, en remontant la rue de Rome (ancien emplacement du Conservatoire de Paris), que les Apaches sont baptisés : le groupe d’amis (composé de Ravel, Klingsor, Fargue, Viñes, Delage et d’autres) bouscule par inadvertance un marchand de journaux, qui leur lance un « Attention, les Apaches ! ». Le terme, qui désigne une bande de voyous qui sévissait dans les faubourgs de l’est parisien, séduit le groupe qui l’adopte immédiatement. « Le mot, rapporte Delage, enchanta Viñes qui lança ce jour-là l’Apachie dans l’éternité ». Le groupe prend l’habitude de se retrouver chez l’un ou l’autre de ses membres lors de soirées où ils partagent leurs idées sur l’art. Fargue se souvient : « Chaque semaine, l’un de nous avait quelque chose à lire, à déclamer, à faire entendre : un poème, une prose, un morceau. Nous nous trouvions là dans une atmosphère propice à ces échanges, que l’amitié et l’attention mêlées rendaient plus rare encore ». Signe de cet attachement, Ravel, proclamé chef de l’Apachie par ses amis, dédie chacun de ses cinq Miroirs pour piano aux membres du groupe.

Dans la bourgeoisie parisienne du tournant du XXe siècle, le piano est présent dans chaque maison. La littérature pour cet instrument explose, le clavier se révélant le médium privilégié de l’expression intime des compositeurs. Les formes courtes répondent à l’exigence d’un répertoire destiné à être joué lors des soirées entre amis ; à la sonate de grande envergure est préférée la sonatine, d’une structure simple et moins stricte. De nombreux musiciens s’essaient au genre, Roussel, Klingsor mais également Ravel, Satie ou Bartók. Les pianistes deviennent alors les acteurs du renouveau musical ; Viñes est l’interprète de prédilection des Apaches mais également de Debussy, Satie ou encore Falla. Nombreuses sont les œuvres de ces musiciens qui lui sont directement ou indirectement destinées : il crée notamment les Miroirs de Ravel (dont Une Barque sur l’océan est la troisième pièce). Il s’essaie également à la composition pour le piano, laissant Quatre hommages à ses amis Ravel, Fauré, Satie et Fargue.

La mélodie française fait également l’objet d’un engouement certain : mettant en regard l’œuvre d’un poète et son expression musicale, elle répond à l’idée de correspondance des arts héritée de Baudelaire. C’est ainsi que Ravel met en musique deux de ses amis Apaches : Klingsor (de son vrai nom Léon Leclère) dans Shéhérazade, Fargue dans Rêves. Bien qu’il soit son cadet de seulement quatre ans, Delage se proclame élève de Ravel ; ses Trois mélodies traduisent ses intérêts poétiques variés : la grande poésie romantique du XIXe siècle avec Heinrich Heine ; le Parnasse français avec Théodore de Banville qui fut surnommé par Baudelaire « le poète du bonheur » ; le conte poétique avec Marcel Schwob, écrivain trop oublié dont le Livre de Monelle influencera durablement le brésilien Jorge Luis Borges.

Élisabeth Hochard

 

Nom Mise à jour