T. Samouil, violon - D. Lively, piano

Samedi 21 juillet 2018

Logo partenaires
Date
Samedi 21 juillet 2018
Horaire
18:00 à 19:00*
Durée
1h00
Lieu
Montpellier [34] - Le Corum / Salle Pasteur
*Attention nous vous informons que les durées sont à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Tarif Unique 10€

Réserver

Programme

GEORGES ENESCO  1881-1955 
Impromptu concertant en sol bémol Majeur pour violon et piano 

Sonate n.3 « dans le caractère populaire roumain » pour violon et piano en la mineur op. 25 
Moderato malinconico
Andante sostenuto e mistorioso
Allegro con brio, ma non troppo mosso

 

MIECZYSLAW WEINBERG  1919-1996
Rhapsodie sur un thème moldave pour violon et piano 
 

BELA BARTÓK  1881-1945
Six Danses populaires roumaines  Sz 56, BB 68 
Danse du bâton
Danse du châle
Sur place
Danse de Buscum
Polka roumaine
Danse rapide

(Version pour violon et piano)


MAURICE RAVEL  1875-1937
Tzigane 


 

Tatiana Samouil  violon
David Lively  piano

En partenariat avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes

Télécharger le programme

En Europe, le tournant du xxe siècle est le théâtre de nombreux bouleversements politiques, sociaux et artistiques. Le programme de Tatiana Samouil et David Lively nous mène aux confins orientaux de l’Europe, entre modernité et traditions populaires.

À l’aube du xxe siècle, les compositeurs de l’Est de l’Europe créent leur propre langage en puisant dans leurs racines populaires.

Violoniste virtuose, éminent pédagogue, compositeur peu prolifique et perfectionniste (son œuvre ne compte que 33 numéros d’opus), Enesco partage sa vie entre Paris et sa Roumanie natale. Si la France est le lieu d’épanouissement de sa carrière instrumentale, ce sont les traditions musicales de son pays qui forgent son langage. Durant la Première guerre mondiale, il participe activement à la vie musicale de son pays, y formant un orchestre symphonique en 1917 ainsi que la première compagnie nationale d’opéra en 1921. Sa Sonate n°3 « dans le caractère populaire roumain » atteste d’une double influence savante (utilisation de la forme-sonate) et populaire. La doina, un chant traditionnel méditatif à la ligne mélodique souple et ornée, influence particulièrement Enesco qui considère la mélodie comme l’élément primordial de sa musique.

La fascination de Bartók pour les chants paysans naît d’une rencontre fortuite : en 1904, lors d’un séjour à Gerlice Puszta (en actuelle Slovaquie), il entend une mélodie inouïe, que chante la servante transylvanienne Lili Dosa dans la chambre voisine à la sienne. C’est pour  un véritable déclencheur, comme il l’explique à sa sœur en décembre de la même année : « J’ai à présent un nouvel objectif : collecter les plus belles chansons populaires hongroises, et les élever, en ajoutant le meilleur accompagnement de piano possible, au rang d’art ». Ses Six Danses populaires roumaines Sz56 rendent particulièrement hommage à la musique de Transylvanie, chacune d’entre elles étant issue d’un ou plusieurs thèmes populaires collectés lors de ses expéditions ethnomusicologiques.

Né à Varsovie en 1919, Mieczysław Weinberg parvient à s’échapper en 1939 à l’invasion nazie et à la déportation qui touche toute sa famille, se réfugie à Minsk, et après l’invasion de l’URSS, en 1941 s’établit pendant la guerre à Tachkent (Ouzbékistan). Le jeune compositeur attire dès 1943 l’attention de Chostakovitch, qui restera un soutien et un ami fidèle jusqu’à sa mort.

De retour à Moscou, il refuse de soutenir la résolution du 10 février 1948 qui accuse de formalisme quelques-uns des plus grands compositeurs de l’Union, Weinberg est mis au ban par le pouvoir. C’est grâce à son amitié avec Chostakovitch, ainsi qu’à l’intérêt suscité par son œuvre auprès de grands interprètes comme Emil Gilels, Maria Grinberg ou Mstislav Rostropovitch, qu’il pourra continuer à exercer son métier de musicien. Dans un climat à l’antisémitisme grandissant, sa Rhapsodie qui allie un langage moderne et des thèmes issus de la tradition juive et moldave sonne comme un chant de résistance.


Élisabeth hochard

Nom Mise à jour