Issé, la pastorale héroïque

2018-07-18 00:00:00

Logo partenaires
Date
Mercredi 18 juillet 2018
Horaire
20:00 à 22:30*
Durée
2h30
Lieu
Montpellier [34] - Opéra Comédie
*Attention nous vous informons que les durées sont à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Billets de 8 à 36€

Réserver

Programme

ANDRE-CARDINAL DESTOUCHES  1672-1749 
Issé
Pastorale héroïque en 1 prologue et 3 actes (1697)
Livret Antoine Houdar de La Motte
Création de la version de 1724
Version de concert

 

Chantal Santon, soprano
Eugénie Lefebvre, soprano
Martial Pauliat, haute-contre
Etienne Bazola, baryton
Mathieu Lécroart, baryton
Stephen Collardelle, haute-contre
Cécile Achille, soprano
David Witczak, basse-taille
Amandine Trenc, soprano
Martin Candela, taille
Marcio Soares Holanda, haute-contre

 

Ensemble Les Surprises
Louis-Noël Bestion de Camboulas
, clavecin et direction

 

Co-production Centre de Musique Baroque de Versailles / Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine / Festival Baroque de Pontoise

 

 

Télécharger le programme

Issé
L’opéra du Mousquetaire ! André Cardinal Destouches

 

André Cardinal Destouches (1672-1749) eut une vie haute en couleur. Après un voyage diplomatique au Siam, il entre chez les mousquetaires du Roi et se distingue notamment aux côtés de Louis XIV au siège de Namur. Il s’y découvre une passion pour la musique, et fait la connaissance d’Antoine Grimaldi, futur prince de Monaco. Ils nouent une relation amicale très forte, en témoigne leur correspondance abondante jusqu’au décès du prince en 1731.
De retour à Paris, Destouches travaille la musique auprès d’André Campra pour qui il écrit quelques airs qui prendront place dans l’opéra L’Europe Galante.  
En 1697, grâce aux efforts de son ami le Prince de Monaco, il fait représenter son premier opéra devant Louis XIV : Issé, à seulement 25 ans ! Antoine Grimaldi ne s’était pas trompé : ce fut un coup de génie, « le Roi l’assura que depuis Lully aucune musique ne lui avait fait plus plaisir » (cité par Titon du Tillet). Grâce à son ami le Prince et son art de la composition, Destouches s’assure ainsi une place de choix parmi les maîtres de musiques.  
Issé, cette « Pastorale-héroïque » (style d’opéra typiquement français qui mêle le tragique au comique ainsi que quelques scènes pastorales), a été l’un des plus grands succès de son temps, repris un grand nombre de fois jusqu’en 1797 sur de nombreuses scènes d’opéras. D’ailleurs, nouvelle preuve de sa renommée, on ne dénombre pas moins de quatre parodies de cet opéra jouées dans les théâtres de foires et au Théâtre Italien.
 
La correspondance entre le Prince Grimaldi de Monaco et Destouches est abondante et montre combien les deux hommes s’appréciaient et s’admiraient. On apprend que la musique de Destouches était très régulièrement jouée à Monaco « Le grand, et le pathétique des opéras de Lully, et des vôtres, ne m’ont jamais tant charmé. Nous les exécutons ici tour à tour… » (lettre de Grimaldi à Destouches, Monaco, 7 mars 1724). C’est parfois le Prince lui-même qui dirige les œuvres « J’ose dire au surplus avec vérité, qu’à l’exception de Paris, il n’y a nul endroit où l’on exécute mieux qu’ici…Issé…, et que vous seriez un peu édifié de me voir parfois battre la mesure et donner les mouvements avec la fameuse canne de
Lully » (lettre de Grimaldi à Destouches, Monaco, 6 décembre 1729). Enfin tous deux se souviennent de leur premier succès ! « J’ai des raisons particulières à soutenir les beautés d’Issé, que j’ai le premier senties et publiées ; car je compte que vous n’avez pas oublié, que je fus votre conducteur à Fontainebleau, quand le roi l’entendit. »  
 
Après le travail effectué par l’ensemble Les Surprises sur l’opéra Les Éléments d’André Cardinal Destouches, faire la recréation de Issé, le premier opéra d’un génial mais encore trop méconnu compositeur, semblait comme une évidence. Quelques 320 ans après, cette œuvre paraît comme un des piliers dans cette période post-Lully et pré-Rameau.
Cette recréation en version de concert se fonde sur la version de 1724 à l’Académie Royale de Musique de Paris. Après un travail de recherche sur les différentes sources de l’œuvre, une édition moderne est réalisée par le Centre de Musique Baroque de Versailles.

Avec le soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM
Partition réalisée par le Centre de musique baroque de Versailles


En direct sur France Musique

En direct sur France Musique
Nom Mise à jour