L'Opéra imaginaire

Lundi 24 juillet 2017

Logo partenaires
Date
Lundi 24 juillet 2017 *
Horaire
20:00 à 22:00*
Durée
02:00
Lieu
Montpellier [34] - Opéra Comédie
*Attention nous vous informons que les horaires sont à titre indicatifs et sont susceptibles de varier en fonction du ou des artistes, ainsi que du nombre de rappels.

Billets de 12 à 49€

Réserver

 

Découvrez le programme

L'Opéra imaginaire

Extraits d'opéras de CASSANÉA DE MONDONVILLE - RAMEAU
CAMPRA - DAUVERGNE - DE BLAMONT - FRANCOEUR - MARAIS
LECLAIR - REBEL - DESTOUCHES - PIGNOLET DE MONTÉCLAIR
GERVAIS - LULLY - BERTIN DE LA DOUÉE

 

Karine Deshayes, la Magicienne 
Katherine Watson, la Princesse  
Reinoud van Mechelen, le Prince 

Orchestre et Chœur Le Concert Spirituel
Hervé Niquet, direction


Coproduction Le Concert Spirituel / Centre de musique baroque de Versailles
En partenariat avec les Beaux-Arts de Paris
Avec le soutien de la Fondation Orange

Partitions réalisées par le Centre de musique baroque de Versailles

Télécharger le programme

ARGUMENT

Première partie
Ouverture.
Une place publique, baignée des premiers rayons de l’Aurore.
La princesse chante la victoire de l’amour sur son cœur : elle aime le prince et en est aimée. Pourtant, une tendre nostalgie s’empare d’elle et la laisse rêveuse. Mais sa confiance en son amant l’emporte, et rend à son âme la paix et le bonheur. Sa rivale paraît ; elle aussi est éprise du prince, mais ne sait pas qu’il en aime une autre…

Seconde partie
Prélude.
Une grotte sombre dans des collines écartées.
La rivale se lamente sur son sort, d’autant qu’elle a permis au prince, par ses pouvoirs magiques, de triompher du monstre. Elle invoque les Parques et les divinités infernales…
La scène est transportée sur un rivage aux abords du palais du prince.
Une tempête terrible agite les eaux ; les vaisseaux sombrent, la rive est dévastée ; le prince voit mourir ses proches et croit perdre la princesse avec eux. Seul sur la rive désormais déserte, il déplore son malheur et perd connaissance. La rivale vient constater l’ampleur de sa vengeance…

--

L'OPÉRA IMAGINAIRE
À partir des plus beaux moments du répertoire baroque français qu’il traverse avec bonheur avec Le Concert Spirituel depuis trente ans, Hervé Niquet reconstruit son opéra imaginaire ! Vous retrouverez l’intrigue de l’opéra baroque français : l’amoureuse éplorée, la tempête, le passage aux Enfers, descente des Dieux,… et les passages que vous aimez tant d’Armide de Lully, de Médée de Charpentier, de Sémélé de Marin Marais (Le Tremblement de terre), en passant par Le Carnaval de Venise de Campra. C’est toute la magie de l’opéra français à l’époque de Louis XIV qui éclatera… avec au passage des perles et découvertes inattendues !

À l’occasion de la création de son « Opéra imaginaire », Le Concert Spirituel invite à le rejoindre un jeune artiste issu d’une des meilleurs écoles d’art, les Beaux-Arts de Paris, pour un travail graphique/numérique inédit.

Le mot du chef
Louis XIV avait construit une comédie et un ballet imaginaires avec ses pages préférées de ces deux genres. Il n’a pas eu le temps de réaliser son opéra idéal ! Nous l’avons fait ! Autour du trio habituel « amoureuse/jeune premier/méchante », chœurs, grands airs et duos, danses, vont, en deux actes, redonner voix à des pages inédites, inconnues, que nous n’entendrons plus jamais après cette production et pourtant, lecture de chevet du grand Roy architecte.
Ce n’est pas un pastiche. C’est de l’amour !!!
Hervé  Niquet

--

La musique
En 2017, pour fêter les trente ans de l’ensemble, le Centre de musique baroque de Versailles s’associe au Concert Spirituel pour une proposition musicale qui témoigne de leur complicité. En 1671, Louis XIV avait demandé à Lully d’imaginer un « Ballet des ballets » constitué d’extraits de ballets qu’il avait auparavant dansés devant la cour, et dont il souhaitait rappeler le souvenir à tous. Sur le même principe, Hervé Niquet, en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles, a imaginé un « Opéra des opéras », qui rappelle à la fois les ouvrages déjà exhumés depuis 1987, mais qui fait aussi entendre des pages encore absolument inédites de tragédies et de ballets qui restent à redécouvrir – et il y en a ! Airs virtuoses, ballets chatoyants et grands chœurs d’apparat sont signés Lully et Rameau, bien sûr, mais aussi Campra, Marais, Bertin de La Doué, Destouches, Stuck, Gervais, Colin de Blamont, Rebel, Francœur, Montéclair, Leclair, Royer ou Dauvergne.

Benoît Dratwicki
(Directeur artistique du Centre de musique baroque de Versailles)

Nom Mise à jour